Quand on a vraiment besoin de vous...

Quand on a vraiment besoin de vous...

Desirée De Poot - À l'heure où l'automne commence à roussir ça et là le feuillage des arbres et où les longues journées cèdent imperceptiblement du terrain à l'obscurité nocturne, on a comme un goût amer en repensant à l'été qui vient de s'achever. Pour l'humanité, cette chaude saison n'a pas été belle, entachée qu'elle fut par de nouveaux attentats terroristes et par la vigilance de tous les instants qui commence à ronger insidieusement chacun d'entre nous. Profession journalistique oblige, j'ai mis un point d'honneur à dévorer les quotidiens et à suivre chaque édition du journal parlé.

  •  

Les pharmaciens d'Europe font tous face aux mêmes défis

Desirée De Poot - Comme vous l'aviez sans doute déjà remarqué, notre magazine se fait volontiers l'écho de tout ce qui bouge dans le secteur de la pharmacie un peu partout dans le monde... et en particulier, évidemment, chez nos voisins français et néerlandais.

Même les pouvoirs de la ministre ne sont pas sans limites

Desirée De Poot - Le petit monde des pharmaciens a longtemps été une rivière sinueuse aux méandres tantôt paisibles, tantôt plus agités... mais ces deux dernières années, il ressemble plutôt à un torrent de montagne après un hiver particulièrement rude, bouillonnant et gargouillant de toutes parts et menaçant de noyade les imprudents qui cherchent à braver ses rapides sans une embarcation solide, un matériel de qualité et un excellent capitaine !

C'est au fruit que l'on juge l'arbre

Desirée De Poot - L'attente fut longue, mais le Cadre Pluriannuel est enfin réalité. À la veille du conseil des ministres qui en a approuvé le texte, Maggie De Block a encore rappelé à l'occasion d'une soirée organisée par les pharmaciens du Brabant Flamand que les espèces qui refusent de s'adapter sont vouées à disparaître, comme autrefois les dinosaures, et enjoint la profession à ne pas commettre la même erreur.

La fin des accords ?

Dr Roland Lemye - Tout le monde concerné en parle, syndicats, mutuelles, médecins. Chaque groupe a sa (ou ses) propre(s) idée(s) à propos de ce qui devrait les remplacer. Les mutuelles se voient investies de tous les pouvoirs. Outre le fait de gérer le remboursement des soins de santé, de négocier (en position de force) les accords avec les médecins et les autres prestataires, d'avoir leurs propres institutions (pharmacies, soins à domicile, etc.), de gérer un patrimoine (établissements de vacances, ...) de jouer les assureurs, elles ont commencé leurs actions de contrôle de l'activité médicale et de l'accès aux soins des patients.

"La pub et l'info sont à administrer de concert"

Hervé Van de Weyer - " Ne nous voilons pas la face : la publicité poursuit un seul objectif, celui de faire (mieux) connaître un produit ou service. Cette notoriété doit idéalement faire vendre, faute de quoi c'est de la mauvaise publicité, et il n'en va évidemment pas autrement de la réclame pour les médicaments hors prescription... ce qui, à en croire Test-Achats, serait une source de surconsommation.

En route pour une année 2017 plus positive !

Desirée De Poot - J'aurais pu consacrer mon dernier éditorial de l'année à notre sondage sur la politique de Maggie De Block - une enquête à laquelle vous avez été nombreux à participer et qui donne de la ministre une image passablement négative (et c'est un euphémisme). J'aurais pu vous parler du mécontentement manifeste des pharmacien et de celui, un peu plus modéré, des médecins généralistes et spécialistes.

L'interdit sur un plateau

Desirée De Poot - Les pharmacies en ligne : la Belgique en compte près de 200, toutes dûment enregistrées, qui livrent à domicile certains médicaments en vente libre et permettent même de commander les produits sur prescription à condition d'aller ensuite les chercher soi-même à l'officine. C'est ainsi que cela fonctionne dans notre pays et c'est une très bonne chose. Et pourtant...

Blister ou pas blister ?

Desirée De Poot - Vous aviez peut-être déjà entendu par ailleurs que le Journal du médecin et HealthCaremagazine, deux publications-soeurs du Pharmacien, ont déménagé pendant une semaine pour prendre leurs quartiers dans les plus grands hôpitaux francophone et néerlandophone du pays - les cliniques Saint-Luc à Woluwé et l'UZ Leuven à Louvain. Étant à la fois rédactrice en chef de HealthCaremagazine et du Pharmacien, j'ai évidemment sauté sur l'occasion pour découvrir les officines hospitalières des deux établissements.

Le citoyen codécideur

Desirée De Poot - Nous nous apprêtions à clôturer cette dernière édition avant les vacances lorsqu'un communiqué de presse sur le remboursement des reconstructions mammaires au moyen de tissu propre a atterri dans notre boîte électronique. Dès à présent, ces interventions seront donc remboursées entièrement en cas de séjour en chambre double et dans certaines limites (passablement élevées) en chambre individuelle. On peut du reste se demander pourquoi cette forme de reconstruction mammaire était jusqu'ici considérée comme une intervention à visée esthétique et si onéreuse qu'elle en était financièrement inaccessible à nombre de patientes atteintes d'un cancer du sein. Un peu cyniquement peut-être, je serais curieuse de savoir qui siège dans la commission chargée de se prononcer sur la question. Je mettrais ma main au feu qu'il s'agit majoritairement d'hommes...

Encore 50 fois dormir...

Desirée De Poot - Parmi tous les services de soins de santé, aucun n'utilise les services en ligne autant que le pharmacien. C'étaient les pharmaciens qui s'étaient lancés en premier, c'étaient eux aussi qui avaient inauguré le scan. C'étaient encore les pharmaciens qui avaient investi dans l'informatique en premier. Alors que les médecins délivrent toujours des ordonnances (indéchiffrables) écrites à la main, le pharmacien, quant à lui, travaille de façon automatisée. Un exemple pour le monde des soins de santé, mais qui est désormais source de grandes frustrations.

Histoires de pharmaciens et de pharma

Desirée De Poot - Et voilà, notre Top 100 des personnalités les plus influentes du petit monde belge de la santé est enfin bouclé ! Ce fut un projet de longue haleine, porté par nos collègues du Journal du médecin - qui n'en sont d'ailleurs pas à leur coup d'essai, puisqu'ils avaient déjà concocté il y a quelques années un classement similaire. C'est par contre la première fois que le Pharmacien et HealthCare Magazine (notre publication destinée aux responsables du secteur hospitalier) participent à ces recherches. Sur la base d'un système de sélection soigneusement peaufiné, près de 300 grands noms du secteur de la santé ont été invités à désigner ceux et celles dont l'influence est, d'après eux, la plus importante. Plus de la moitié ont accepté de se prêter au jeu, et c'est sur la base de leurs réponses que nous avons constitué le Top 100 que vous aurez l'occasion de découvrir dans ces pages.

La Procession d'Echternach...

Desirée De Poot - Et oui, chers lecteurs, vous tenez entre vos mains la dernière édition du 'Pharmacien' de cette année. Nous voulons, dans un premier temps, nous retourner vers 2015. Cette année a été particulièrement importante, rien que parce que les projets de réforme des soins de santé et surtout de leur organisation sont devenus très concrets. Ces projets vont aussi avoir des conséquences pour les pharmaciens, avec une première grande étape le 1er mars 2016 et l'entrée en vigueur du Patent cliff, inscrit dans le Pacte d'avenir.

Que faire dans un monde sans Ordre

Desirée De Poot - Une proposition de loi a suggéré de mettre fin aux Ordres... Pas uniquement l'Ordre des Pharmaciens, mais aussi l'Ordre des Médecins... Enfin, ce n'est pas vraiment une nouvelle. Que les Ordres demandent du changement et du renouveau est même un vieux dossier qui a déjà généré beaucoup de propositions avec peu de résultats. Un organe d'autorégulation est une bonne chose, sauf que l'on voit souvent que ces organismes d'autorégulation ne fonctionnent pas bien en pratique. Je ne parle pas uniquement de l'Ordre des Médecins, mais tout autant de l'Ordre des Pharmaciens et même de l'organe d'autorégulation des journalistes.

En quête d'une place au soleil

Desirée De Poot - C'est une tendance observée à travers toute l'Europe : des tâches qui étaient encore récemment réservées au corps médical sont graduellement déléguées à d'autres professionnels de la santé. C'est ainsi que l'été dernier, une de mes connaissances passait ses vacances aux Pays-Bas jusqu'à ce qu'elle tombe malade. L'étape logique suivante était de se rendre à la pharmacie. Réaction positive du pharmacien : " A votre place, je me rendrais à un poste de garde de médecine générale ".

La logique même

Desirée De Poot - Il est logique qu'un patient ayant urgemment besoin d'un médecin puisse appeler gratuitement le numéro 1733. Il peut ainsi savoir qui est le médecin de garde et comment il peut le joindre. Le projet connaît toutefois de sérieux retards à cause de problèmes d'organisation au sein des centrales 100, alors qu'il a déjà été implémenté dans certaines régions. Il est prévu qu'en bout de ligne le projet soit déployé dans l'ensemble du pays. Un patient qui souhaite savoir qui est le pharmacien de garde entre 22 h et 9 h doit également appeler un numéro spécial : 0903 99 000.

Si on parlait d'inconsistance...

Desirée De Poot - L'avez-vous également vu ? Un programme estival avec des sujets estivaux, et un boulanger qui a choisi de faire son hémodialyse chez lui, à la maison. Un boulanger consciencieux : il a prévu à côté de sa boulangerie une petite pièce avec une chaise longue où il peut effectuer sa dialyse. Pour être un peu cynique : j'ai même imaginé une Maggie De Block en train d'applaudir à côté de lui. Mais, j'ai retenu mon souffle. Après le poumon du boulanger, la veine du boulanger ?