...

Le projet national de surveillance "baromètre Covid-19" lancé le 15 mars suit de près l'état des soins de première ligne. Les pharmaciens sont sondés 2 fois par semaine (lundi et mercredi entre 15h et 22h). Le suivi des pharmacies est réalisé par la Pr Eline Tommelein de la faculté de Médecine et Pharmacie de la VUB, avec le soutien de l'APB et de l'Ophaco. La collaboration des pharmaciens titulaires est encouragée afin d'obtenir l'image la plus juste possible de la situation en officine. C'est certes un peu contraignant mais cela permet d'avoir un état des lieux hebdomadaire. Pour la semaine 4 (6 au 10 avril), 1055 pharmaciens ont participé au baromètre, représentant 329 officines (34 à Bruxelles, 30 en Wallonie et 265 en Flandre). Soit la moitié du nombre de participants de la semaine précédente (30 mars-3 avril). Deux officines sont fermées en raison du Covid-19. Une dizaine de pharmacies ont au moins un collègue positif au coronavirus et près de 40 en ont au moins un en auto-isolement. On note ici une baisse par rapport à la semaine passée où elles étaient 50. On observe aussi une diminution du nombre d'officines qui continuent à travailler malgré un contact étroit avec une personne infectée (150, vs >350 en semaine 3).La baisse de la fréquentation après le rush du début du confinement se confirme, les contacts téléphoniques restent assez élevés. On constate également une diminution du nombre de visites de patients en réponse au Covid-19. Le nombre de patients agressifs (verbal ou physique) reste stable (environ un quart). Sur le plan des mesures de protection, on trouve dans la plupart des officines les affiches d'information (98%) et du plexiglas sur le comptoir (95%). En revanche, pour la protection individuelle, seuls 23% portent des masques buccaux et 33% des gants. Les pharmaciens indiquent toujours une pénurie assez conséquente de masques et gants de protection (61% et 43%)Le bien-être physique et mental est également relativement stable et marque une légère tendance à la hausse (>7, sur une échelle de 0-10), mais les sentiments d'anxiété s'ils baissent un peu, tournent autour de 5 (échelle de 0-10). L'indice de satisfaction vis-à-vis du gouvernement est assez faible, les pharmaciens sont plus satisfaits du travail de leurs associations. Enfin, pour garantir les soins, 92% assurent la livraison à domicile et 4% disent travailler en équipes. La Pr Eline Tommelein rappelle que le baromètre Covid-19 de première ligne est le canal via lequel les acteurs de première ligne doivent transmettre leurs besoins. "A cet effet, ce baromètre interroge, à dater du 6 avril, au sujet des points concernant le matériel en termes de quantification. Cela permet de répertorier de manière quantitative les besoins de la première ligne et de les transmettre aux différentes instances compétentes. Nous voudrions toutefois faire remarquer que la communication des besoins en matériel de protection n'implique en aucun cas que le gouvernement se chargera des livraisons. Pour le gouvernement, c'est le moyen d'être informé des besoins sur le terrain, afin de pouvoir informer correctement l'industrie et si nécessaire, de pouvoir inciter à augmenter la production ou l'importation vers la Belgique", précise. Pour répondre au sondage, c'est ici.