...

En France, " un patient sur six ne prend plus ses médicaments par défiance ", a indiqué le Pr Pierre Joly, membre de l'Académie de médecine française, dans Le Parisien/Aujourd'hui. Arrêter ou non un traitement, par quoi le remplacer... à l'évidence, les patients sont perdus. Et tant les pharmaciens - qui doivent " passer du temps à les convaincre qu'il est dangereux pour leur santé d'arrêter un traitement " - que les médecins - qui, à en croire leur Ordre, se font insulter par des malades " qui les accusent de les empoisonner " - en subissent le contrecoup.