...

Alors que la Belgique dort encore d'un sommeil de plomb, l'aéroport de Zaventem est déjà en pleine activité. L'odeur de kérosène se mêle à celle des feuilles mortes. L'équipe du Groupe Anti-Drogues (GAD) de la douane (une division des Finances) est fin prête à dégainer cutters, adhésifs et... marteaux. Le centre de tri de la poste de l'aéroport est lui aussi sur le qui-vive. Avoir le nez fin Un défilé de millions de paquets en tous genres. Comment détecter parmi eux celui qui renferme des médicaments interdits ? Pol Meuleneire a bien conscience que ce qu'il intercepte n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan. " Les gens sous-estiment le danger de ce genre de médicaments ", explique-t-il. " Récemment, nous avons mis la main sur une cargaison entière d'Amoxil (amoxicilline) contrefaits. Les analyses ont révélé que leur dosage dépassait largement le dosage autorisé. La cargaison était destinée à l'Afrique et notre pays ne faisait office que de simple transit. Mais même si nous n'en subissons pas directement les conséquences, il nous faut néanmoins lutter contre ce type de trafic. Il en va de notre responsabilité sociale. Quand ces colis sont destinés à d'autres pays européens, nous effectuons un suivi de contrôle. Mais les moyens mis en place en Afrique pour contrôler ces actes criminels restent trop limités pour que pour nous puissions agir d'ici sur ce type de cargaison. "AFMPS En 2006, l'Agence du médicament a considérablement facilité le travail de l'équipe GAD. " Jusqu'alors, nous devions faire un P.V. pour chaque colis suspect ", poursuit Pol Meuleneire. " C'était un travail titanesque. Grâce à l'arrêté royal de 2006, tous les médicaments envoyés par voie postale sont devenus illégaux en Belgique, puisque les médicaments ne peuvent être vendus que via le réseau officinal. Tous les produits confisqués font désormais l'objet d'un seul et même P.V. rédigé une fois par mois. Et l'Inspection générale pharmaceutique vient rechercher ces boîtes également à raison d'une fois par mois. S'il s'agit clairement de contrefaçons, nous avertissons immédiatement le parquet. En présence d'hormones, nous prenons alors contact avec la cellule hormones de la police fédérale. "DMT Parfois, le contenu d'un paquet apparait comme suspect, sans que les enquêteurs ne puissent pour autant l'identifier. " Dernièrement, nous avons trouvé une petite bouteille en plastique contenant une substance rouge impossible à identifier. Nous pensions qu'il s'agissait sans doute de DMT (diméthyltryptamine), une nouvelle drogue dure et dangereuse. Nous avions laissé la bouteille sur mon bureau en attendant le rapport d'analyses de l'INCC (Institut National de Criminalistique et de Criminologie). En revenant ce matin, mon bureau avait pris des allures de bain de sang... La bouteille a apparemment explosé durant la nuit et a répandu son contenu rouge partout : sur mes dossiers, les murs, les portes, le plafond... "Bottes de sept lieues Pour l'équipe, le butin reste maigre en cette matinée. Pourtant, en l'espace d'une heure, ils ont intercepté une vingtaine de colis contenant des médicaments illégaux et contrefaits, ainsi que des hormones. Mais ce n'est rien à côté du trésor de fausses bottes Ugg. " Les fêtes de Saint-Nicolas et de Noël approchent à grands pas. De nombreuses personnes achètent par internet des produits de marque contrefaits à l'étranger. Nous avons stoppé ces bottes sur demande de la douane locale, qui mène pour le moment une enquête sur ce trafic. "