"Le thiopental n'étant pas commercialisé en Belgique, il est importé de l'étranger via une 'dérogation' spéciale depuis 2011. Néanmoins, même par le biais de cette importation, le thiopental est actuellement temporairement indisponible. Ce problème ne serait résolu qu'en juillet 2019, prévient le Centre belge d'information pharmaceutique. Il n'est pas certain que les stocks existants dans les hôpitaux seront suffisants. Le problème serait dû à une pénurie de matières premières chez le producteur et pourrait se reproduire à l'avenir. L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) suit de près la situation".

Comment pallier à cette pénurie? Le CBIP précise que le propofol est la seule alternative au thiopental. Comme le recommandent les experts belges, la directive LEIF (Forum d'information sur la fin de vie) et la directive néerlandaise KNMG/KNMP pour la pratique de l'euthanasie.

Concernant les conditions de délivrance, le CBIP rappelle que le propofol est un médicament hospitalier et que "ce n'est que dans le contexte de l'euthanasie qu'il peut également être délivré par un pharmacien d'officine dans une pharmacie ouverte au public, et administré en dehors de l'hôpital. Dans ce cas, le médecin prescripteur doit être le médecin qui pratique l'euthanasie et il doit aller chercher en personne le médicament à la pharmacie. Dans les hôpitaux il existe des protocoles internes à ce sujet. La prescription doit être faite au nom du patient et avec la mention spécifique qu'il s'agit d'une euthanasie".

L'APB a édité des directives pratiques pour le pharmacien (revues en novembre dernier), précisant notamment comment répondre à une demande de "kit euthanasie".