...

Suite à la publication du décret du 19 octobre issu de la loi Hôpital, patients, santé et territoire (HPST), la télémédecine et ses webcaméras envahiront les recoins de l'Hexagone dès 2011. L'objectif de la démarche est clair : pallier la pénurie de médecins en zones rurales et, dans le même temps, améliorer le suivi des patients peinant à se déplacer. Consultations à distance Concrètement, la télémédecine se traduira en quatre applications majeures. La " téléconsultation " autorisera le médecin à donner une consultation à distance à un patient et d'établir ensuite un diagnostic. Via la " télésurveillance médicale " le médecin pourra interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical d'un patient et, le cas échéant, prendre des décisions relatives à la prise en charge de ce patient. La " téléexpertise " et la " téléassistance médicale " permettront quant à elles au médecin de solliciter à distance l'avis ou l'assistance d'un ou de plusieurs confrères. E-ordonnance et plus si affinités ? A priori, le pharmacien français ne semble donc pas vraiment impliqué dans ce nouveau système de consultation à distance. Et pourtant, il pourrait bien s'y voir tôt ou tard mêlé. Ce décret stipule en effet que lors de cette téléconsultation, le patient peut très bien se trouver en présence d'un autre professionnel de soin, comme un infirmier ou un pharmacien. Ce dernier pourrait ainsi assister le médecin dans son e-consultation, en mesurant par exemple la pression artérielle du patient. Une assistance qui nécessiterait l'installation d'un dispositif au sein des officines - de préférence, pour les syndicats de pharmaciens, dans les zones de confidentialité -, mais aussi l'octroi d'une éventuelle rémunération. Et ce n'est pas tout. Le Ministère de la Santé s'est entretemps également exprimé en faveur de la mise en place d'une e-prescription. A la fin de la consultation à distance, cette prescription serait envoyée par e-mail au patient, voire directement au pharmacien. Lequel pourrait donc bien devenir, plus tôt que prévu, un spectateur actif de ce nouveau petit écran médical.