Le secteur des OTC plaide en faveur d'un dossier médical partagé

22/01/19 à 12:54 - Mise à jour à 12:54

La coupole belge des médicaments de comptoir (OTC) est partisane d'un dossier médical partagé unique, commun à l'ensemble des prestataires de soins.

Le secteur des OTC plaide en faveur d'un dossier médical partagé

© Belga Image

BACHI, la coupole belge de l'industrie des médicaments et produits de santé vendus en pharmacie sans prescription, a récemment présenté à l'occasion de ses dix ans d'existence un mémorandum intitulé "Pour une nouvelle approche de la santé publique à travers le self-care".

Prolifération

Le document comporte notamment un plaidoyer en faveur d'un dossier médical partagé répertoriant l'ensemble des produits de santé utilisés par le patient et qui soit accessible (exclusivement) à tous les prestataires de soins. À l'heure actuelle, le formidable potentiel qui existe pour l'organisation et l'uniformisation de l'information est en effet miné par une prolifération de dossiers médicaux distincts (DMG, DMI, DPI, PHR, DPP). "Il est compliqué pour le patient d'y voir clair dans ce flux d'abréviations", souligne BACHI, qui plaide donc en faveur d'une simplification conséquente sous la forme d'un dossier unique auquel pourraient accéder le patient et tous ses prestataires de soins.

Les dossiers médicaux manquent souvent aussi d'exhaustivité, ajoute la coupole des médicaments en vente libre. "Or, tous les produits de santé (et pas seulement les médicaments soumis à prescription) devraient être inclus pour permettre aux professionnels de la santé d'avoir une vue exacte et globale sur les soins prestés."

Un dossier médical partagé comporte du reste des avantages non seulement pour le patients mais aussi pour les prestataires de soins, à qui il permet de poser un meilleur diagnostic, de conserver une entière liberté thérapeutique, d'adapter les traitements et de disposer d'un suivi complet de la délivrance des médicaments.

Encourager le self-care

Le mémorandum de BACHI accorde par ailleurs une grande attention à la promotion du self-care, à l'amélioration des informations destinées aux patients et à la liberté des prix pour les médicaments en vente libre. La coupole souhaiterait également moderniser la législation et l'adapter de manière à autoriser la publicité par le biais d'internet et des réseaux sociaux.

Plus d'informations sur www.bachi.be

En savoir plus sur: