...

Les chiffres fraîchement publiés portent sur l'année 2008. Près de 2,4 millions de patients ont été traités dans notre pays au moyen d'un ou plusieurs antihypertenseurs. Quelque 1.219.000 patients ont eu recours à un ou plusieurs médicaments contre l'asthme et la BPCO et environ 1,1 million de Belges ont consommé au moins une boîte d'un antidépresseur remboursé. Près de huit patients sur dix (77,8 %) se sont vus prescrire plus d'une boîte en 2008. Pour traiter leur maladie, 40.070 Belges atteints d'Alzheimer ont acheté un médicament. Enfin, quelque 509.342 patients sont allés chercher au moins une boîte d'un antidiabétique en pharmacie, soit plus que les 500.000 Belges atteints de la maladie. Coûts Certains chiffres donnent le tournis. Notamment quand on jette un coup d'£il aux dépenses prises en charge par l'assurance-maladie. Quatre grands groupes de médicaments représentent en effet à eux seuls pas moins de 63,9 % de ces dépenses totales : les médicaments cardio-vasculaires, du système nerveux central, les cytostatiques et les agents immunomodulateurs, les médicaments du tractus gastro-intestinal et du métabolisme. Alors qu'on avait pu constater ces dernières années une diminution claire des dépenses générées par les antibiotiques, cette baisse semble avoir plutôt stagné en 2007, tout comme l'année suivante. La plus forte croissance du coût net concerne la classe L, soit celles des cytostatiques et agents immunomodulateurs. Les plus plébiscités Ce n'est pas parce qu'un groupe de médicaments engendre les plus fortes dépenses qu'il est forcément le plus consommé. Exemple avec les médicaments du système tractus gastro-intestinal et métabolisme, qui arrivent en 4e position des dépenses, mais en seconde dans le classement en volume utilisé. Les médicaments du système respiratoire n'apparaissent pas dans le top 4 des dépenses, mais se hissent par contre à la 4e place du nombre de médicaments consommés. L'usage de médicaments augmente avec l'âge et, en général, les femmes consomment plus de médicaments que les hommes. Un constat qui n'est gère nouveau et qu'il convient de relativiser, étant donné qu'il se manifeste davantage dans la classe d'âge des 21 à 40 ans où les contraceptifs représentent un volume considérable. Génériques La part des génériques dans la consommation de médicaments continue à augmenter - les chiffres publiés dans le rapport n'étant déjà plus représentatifs de la situation actuelle. En 2008, le médecin a prescrit en moyenne quelque 24,0 % (en DDD) de médicaments sous la forme de générique ou de copies. Notons que si l'on tient compte des spécialités originales ayant baissé de prix au niveau des génériques, on atteint 40,3 % des prescriptions en volume. Si plus de huit prescriptions de médicaments sur dix ont été rédigées par un médecin, on observe une progression dans le nombre moyen de prescriptions établies par les spécialistes.