...

Chaque patient qui ne suit pas scrupuleusement son traitement met non seulement sa santé en danger, mais pèse aussi lourdement sur les finances de la société. Ces dépenses sont estimées à quelque 100 millions d'euros par an, de quoi pousser le gouvernement hongrois à vouloir y mettre un terme. Il a donc décidé de pénaliser les patients diabétiques trop négligents qui ne respectent pas le régime diététique recommandé. Chaque trimestre, les 500.000 diabétiques du pays devront à présent se soumettre à un test sanguin afin de mesurer leur taux de glucides. Les mineurs et les patients atteints d'une forme sévère de diabète échappent en revanche à ces nouvelles obligations. Les mauvais élèves auront droit à une seule clémence. Si au cours de la même année, leur taux de glucose dépasse les valeurs maximales fixées, ils verront le remboursement de leur insuline analogue leur passer sous le nez et devront se contenter d'une insuline humaine, moins efficace et entrainant davantage d'effets secondaires. Les experts hongrois ne sont guère convaincus des effets obtenus par une telle mesure. En ces temps de crise, de nombreux citoyens n'ont en effet pas les moyens de s'acheter les produits diététiques recommandés.