...

L'Union nationale des professions libérales et intellectuelles de Belgique (Unplib) vient de mener une vaste étude sur les revenus des professions libérales dans notre pays. Pour mettre ces données en perspective, l'Union a d'abord cartographié l'ensemble des indépendants avant de se recentrer sur les professions libérales. Précisons également que son enquête ne prend en compte que les personnes effectivement déclarées comme exerçant une profession libérale. Revenus élevés Une chose est sûre : les professions libérales gagnent clairement plus que les autres indépendants. Avec un brut annuel moyen de 26.977 euros, elles encaissent environ 10.000 euros bruts de plus que les indépendants travaillant dans l'industrie (16.815 euros). Quand on parle ici de 'revenus bruts', il s'agit des revenus professionnels bruts diminués des dépenses et charges professionnelles. Autrement dit, ces chiffres ne correspondent pas aux revenus imposables, mais bien aux revenus servant de base de calcul des cotisations sociales. Les montants indiqués concernent l'année 2008, soit les revenus de l'année 2005. Les notaires en tête En regardant de plus près du côté des professions libérales, une catégorie d'indépendants décroche sans conteste la palme du métier le plus lucratif : celle des notaires, avec un revenu annuel moyen de 197.986 euros. Une première place loin d'être disputée... Avec leurs 76.280 euros, les huissiers accusent en effet un retard de pas moins de 120.000 euros. Arrivent ensuite les médecins (62.374 euros) - l'étude n'a malheureusement pas fait de distinction entre généralistes et spécialistes -, les pharmaciens (51.849 euros), les avocats (42.856 euros) et les dentistes (39.538 euros). Les travailleurs paramédicaux arrivent derniers avec 20.142 euros (voir graphique). Revenus masculins supérieurs La distinction hommes-femmes s'avère elle aussi intéressante. D'après cette étude, les femmes sont relativement mieux représentées dans les professions libérales que dans les autres catégories d'indépendants (33,5 % contre 42,56 %). Parmi toutes les professions libérales, le notariat demeure toujours le métier le plus masculin. Presque trois notaires sur quatre appartiennent à la gent masculine. Autre constat majeur lié au métier de notaire : les hommes gagnent systématiquement mieux leur vie que les femmes. Un notaire masculin touche en moyenne 210.457 euros par an contre 'seulement' 140.577 euros pour son homologue féminin. Soit toujours plus du double qu'un médecin homme et ses 68.689 euros bruts annuels - contre 49.620 euros pour une femme. Assez curieusement, il n'existe pas de différences marquantes entre une femme médecin et une pharmacienne. Cette dernière gagne en moyenne 47.342 euros par an, contre 57.045 pour son confrère masculin. Moins bonne situation par contre du côté des femmes vétérinaires qui, avec leurs 13.820 euros annuels, peuvent difficilement prétendre vivre de ces revenus. Travailleurs paramédicaux Dans ce groupe de professions libérales, le secteur médical se distingue surtout par sa forte représentativité (39 %). Les travailleurs paramédicaux sont les plus nombreux (40.275 ou 19 % du nombre total de personnes exerçant une profession libérale), suivis par les médecins (27.777 ou 13 %). Les pharmaciens (3845 ou 2 %) arrivent en dernière position.