...

Aujourd'hui, on peut se faire vacciner en pharmacie dans 11 pays de l'UE et, dans 6 d'entre eux, par le pharmacien lui-même. Souvent, ceci ne concerne pas que la grippe, mais aussi le pneumocoque, le HPV, le zona et la vaccination des voyageurs...Ainsi, la France qui a testé ces deux dernières années la vaccination antigrippale par les pharmaciens dans 4 régions, va généraliser cette pratique à l'échelle nationale pour la saison prochaine." Ce type d'initiatives de vaccination dans les pharmacies a l'air de donner des résultats très positifs en ce qui concerne la couverture vaccinale. Il faut savoir qu'en France, les gens qui sont vaccinés par les pharmaciens n'ont souvent pas de suivi médical ou n'auraient de toute façon pas été vaccinés ", précise Alain Chaspierre, président de l'APB.La situation est-elle la même en Belgique ? " Le paysage n'est pas tout à fait le même qu'en France, ajoute-t-il. Mais, si on ne peut pas se permettre d'éluder le débat au niveau belge, il faut le faire de façon pragmatique, avec l'ensemble des acteurs et bien entendu avec les médecins, notamment via les concertations médicopharmaceutiques. Et en réfléchissant à une organisation plus efficace de la première ligne, parce qu'on sait que son renforcement est un atout majeur pour avoir plus d'efficience dans les soins, y compris économique. "Pour Alain Chaspierre, entre la situation actuelle et celle où les pharmaciens vaccinent, il y a toute une série d'autres possibilités à explorer. " Par exemple, un meilleur partage des données de santé sur la vaccination, que l'on puisse se focaliser sur les gens qui ont des nécessités, que le message distribué en cabinet de consultation et à la pharmacie soit le même... Peut-être que la vaccination n'est pas le sujet prioritaire, parce qu'il y en a bien d'autres sur lesquels discuter, notamment sur les politiques de prévention, d'orientation des patients où les pharmaciens peuvent jouer un rôle considérable. "