...

Pour ceux qui maniaient le Répertoire les yeux fermés, il va falloir quelque peu rouvrir l'£il ! La classification des chapitres (au nombre de 20) a en effet été considérablement remaniée. Un changement destiné à rapprocher davantage la classification de la pratique, et donc de regrouper autant que possible les médicaments utilisés dans le cadre d'une même problématique. Autre grand changement de cette édition 2011 : la mention du nom du sel, de l'ester ou du dérivé des substances actives en regard du principe actif. Cette information est toutefois plus précise : lorsque le dosage du médicament est calculé sur base de la molécule complète (sel, ester ou autre dérivé), la partie ajoutée est mentionnée après une virgule (par exemple " morphine, sulfate "). Lorsque le dosage du médicament est calculé uniquement sur base de la partie active de la molécule, la partie ajoutée est mentionnée dans le Répertoire entre parenthèses, par exemple " naxolone (chlorhydrate) ". Autres retouches L'introduction du Répertoire - qui reprend des informations pharmacothérapeutiques et administratives - a également été modifiée en profondeur, notamment au niveau des interactions du système des iso-enzymes CYP. Devant la complexité de la tâche, les auteurs ont tenu à faire preuve d'une rigueur extrême. Dans le tableau, ils ont ainsi décidé de ne reprendre que les inhibiteurs et les inducteurs qui sont cités dans minimum deux des sources prises en considération - à savoir Stockley's Drugs Interactions, The Top 100 Drug Interactions, Commentaren Medicatiebewaking et le site Web de Flockhart. L'expérience montre en effet qu'il existe parfois une discordance entre ces différentes sources réputées. La seule exception à la règle concerne les médicaments plus récents pour lesquels l'information n'est pas encore complète.