...

En amont des élections législatives qui auront lieu en juin 2024, le Groupement Pharmaceutique de l'Union européenne (PGEU) appelle les candidats à s'engager à :1.Maintenir la santé comme une priorité absolue dans l'agenda de l'UE."Le Covid-19 a placé la santé en tête de l'agenda politique de l'UE et a montré l'importance d'une coopération étroite entre les États membres, en particulier pour les menaces de santé publique qui ne connaissent pas de frontières. Alors que tous les systèmes de santé européens sont confrontés à des défis communs qu'il est plus efficace de relever en coopération - comme la résistance aux antimicrobiens -, il est essentiel de maintenir la santé au rang de priorité politique pour l'UE et de continuer à investir dans la promotion de la santé et la prévention."2.Garantir l'accès aux médicaments pour tous "Le nouveau Parlement européen façonnera la législation pharmaceutique de l'UE qui déterminera la qualité, la sécurité et la disponibilité des médicaments en Europe. Nous appelons à l'adoption de mesures concrètes pour garantir à tous les patients un accès rapide aux médicaments, quel que soit leur lieu de résidence, et pour renforcer la sécurité de l'approvisionnement en médicaments."Le PGEU demande également d'agir de toute urgence pour prévenir les pénuries de médicaments en améliorant leur notification, leur suivi et la communication aux pharmaciens. "L'UE devrait encourager les États membres à permettre aux pharmaciens communautaires de mieux répondre aux pénuries en autorisant une plus grande flexibilité sur les conditions de substitution, entre autres".3.Concevoir la transformation numérique pour promouvoir la sécurité des patients et le progrès médical"Les membres nouvellement élus du Parlement européen façonneront également la transformation numérique des systèmes de soins de santé avec la finalisation de l'Espace européen des données de santé (EHDS). Le nouveau Parlement européen doit veiller à ce que le nouveau règlement établisse un équilibre entre la facilitation de l'accès aux données de santé pour la recherche et l'élaboration des politiques et le respect de la protection des données et des obligations éthiques des professionnels de la santé. Il est également essentiel que le règlement donne aux États membres une certaine flexibilité pour adapter les dossiers de santé électroniques existants et d'autres infrastructures nationales (par exemple les technologies de prescription électronique) à l'EHDS."4.Améliorer la qualité et l'accès aux soins primaires"Le Parlement européen aura également l'occasion de promouvoir la prévention des maladies en renforçant les soins primaires et le rôle des pharmaciens communautaires dans la fourniture aux patients de services pharmaceutiques de haute qualité, telles que la vaccination et le dépistage. Cela permettra de réduire la charge qui pèse sur les autres services de santé et, in fine, d'améliorer la durabilité et la résilience des systèmes de santé européens."