...

Porté plusieurs heures de suite, le masque peut être source d'irritations, essentiellement aux endroits de contact, à savoir l'arrête du nez, le menton, le haut des joues et autour des oreilles. Les peaux claires, fines, et les peaux âgées, moins résistantes et moins hydratées, sont les plus à risque. Le principal problème est celui du frottement qui, associé à la chaleur et à l'humidité, abîme la barrière cutanée et favorise la prolifération des agents pathogènes. Sans oublier les intolérances éventuelles aux composants du masque, ceux qui posent le plus de problèmes étant les masques chirurgicaux ou en néoprène. Les rougeurs s'accompagnent parfois de picotements ou de démangeaisons. Enfin, comme la transpiration n'est pas évacuée, les pores se bouchent et peuvent entraîner une aggravation de l'acné, de l'eczéma, de la rosacée et du psoriasis. Certains dermatologues rapportent en ce moment une recrudescence de l'acné due au port du masque. Au rang des solutions proposées, le lavage des mains à l'eau et au savon, en évitant le gel hydroalcoolique ou les désinfectants, avant d'enfiler le masque; éviter les parfums, vernis, laques, après-rasages parfumés, qui peuvent augmenter le risque d'irritation et/ou d'allergie; et limiter au maximum le maquillage sous le masque. On portera une attention particulière au nettoyage du visage, matin et soir, en évitant les produits agressifs, les gommages ou autres peelings. En cas de peau réactive ou sèche, mais aussi en cas de port d'un masque chirurgical, appliquer une crème barrière sur les zones d'appui. Les masques en coton, moins serrés et plus doux, limitent ces désagréments. En cas de peau grasse ou à tendance acnéique, nettoyer la peau matin et soir avec des produits adaptés (gel ou mousse). Enfin, il faut bien sûr changer régulièrement de masque et, après chaque usage, nettoyer le visage, le sécher en tapotant et appliquer une crème hydratante.