...

L'évolution des contacts avec le médecin généraliste entre 2001 et 2008 ne montre pas de différences significatives, mais esquisse néanmoins quelques tendances. Ainsi, la diminution du nombre de patients ayant contacté leur médecin au moins une fois dans l'année, tout comme celle de la fréquence de ces visites, s'observe dans les trois régions du pays (voir encadré). Le nombre moyen de contacts avec le médecin passe de 5,4 à 4,7 en Flandre, de 5,4 à 4,5 en Wallonie, et de 4,1 à 3,9 à Bruxelles. Du côté des spécialistes Qu'en est-il des contacts avec les médecins spécialistes ? Même tendance au niveau du pourcentage de personnes ayant eu au moins un contact durant l'année. Par contre, si la moyenne des contacts avec un spécialiste accuse une légère baisse en Wallonie (de 2,5 à 2) et à Bruxelles (de 3,4 à 3), le nombre moyen de consultations a légèrement augmenté en Flandre, passant de 1,9 à 2. Petit détail ennuyeux au niveau de l'analyse : ces chiffres émanent de l'enquête Santé publique et ne correspondent pas tout à fait à ceux de l'Inami (qui ne portent que sur l'ensemble du pays). Ces derniers montrent en effet une légère diminution du nombre de consultations annuelles chez les spécialistes. Consommation médicamenteuse Au niveau de la consommation médicamenteuse, il existe une nette différence dans l'évolution de l'utilisation des médicaments prescrits et non prescrits. On assiste ainsi à une hausse du nombre de consommateurs de médicaments délivrés sur prescription, contrairement au nombre de médicaments en vente libre qui accuse une légère baisse. En 2001, 47,7 % de la population avaient eu recours à des médicaments sur prescription contre 27,1 % pour les médicaments en vente libre. En 2008, ces pourcentages sont passés respectivement à 50,7 % et 22,3 %. La progression des médicaments prescrits est étroitement liée au vieillissement de la population et à l'augmentation du nombre de patients atteints de maladies chroniques.