...

Les dépenses du secteur des soins de santé doivent impérativement diminuer et presque tous les moyens sont bons pour y parvenir, même si les négociateurs ont néanmoins tenté de ne pas solliciter le patient. Evidemment, le médicament n'y a pour sa part pas échappé. Deux articles de l'accord gouvernemental reprennent ainsi l'idée déjà suggérée par Marleen Temmerman en 2009 et reformulée une nouvelle fois en 2010. L'accord stipule ainsi que le recours à des contrats de prix-volume doit être élargi et qu'il faut établir un système qui contraigne les entreprises à mentionner toutes les baisses de prix opérées dans les pays voisins. Cette baisse de prix s'appliquerait alors aussi automatiquement à notre pays, à raison d'une fois par an.