...

Le terme FCM ou Food Contact Materials désigne des emballages alimentaires (comme les barquettes métalliques réservées aux lasagnes ou les boîtes utilisées pour les tomates pelées) mais également des ustensiles de cuisine, par exemple. Or, en présence des aliments, ces matériaux peuvent parfois libérer des substances potentiellement néfastes pour la santé des consommateurs. Cette base de données répertorie environ 10 000 substances connues susceptibles d'entrer en contact avec les aliments. Cet inventaire fournit également des informations sur leur présence dans certains matériaux, comme par exemple des évaluations de toxicité ou encore des restrictions et des spécifications d'utilisation. "Le problème est qu'actuellement il n'existe aucune législation prenant en compte les différents types d'emballages et leurs dangers", explique le docteur Paul Troisfontaine du service toxicologie de l'ISP. "La Commission européenne ne légifère qu'au sujet des emballages en plastique. Le but de cette base de données est donc de rassembler toutes les études réalisées dans les pays du Conseil de l'Europe et qui concernent d'autres emballages comme ceux en carton ou en papier par exemple", poursuit-il. Destinée à devenir un outil de référence pour l'identification et l'évaluation des substances FCM connues, cette base de données comporte une liste exhaustive de substances chimiques répertoriées, ainsi que les références aux règlementations existantes. Environ 40% des 10.000 substances ont d'ores et déjà été évaluées. "Pour celles qui restent, la première étape est réalisée via un programme informatique. Ce dernier donne la priorité d'évaluation. Les substances prioritaires sont celles qui sont potentiellement cancérigènes ou génotoxiques (qui s'attaquent à l'ADN) mais aussi les potentiels perturbateurs endocriniens", explique Paul Troisfontaine. Une collecte d'informations à un niveau transnational La base de données a été obtenue en compilant les informations disponibles dans les différentes législations nationales, les résolutions du Conseil de l'Europe, et les règlements et directives de la Commission européenne. Elle est disponible depuis fin mai 2014 au travers d'une interface internet consultable par les pays membres du Conseil de l'Europe et, moyennant un abonnement annuel, par les entreprises et les institutions scientifiques qui souhaitent également la consulter.