...

Malgré les nombreux tourments qu'affronte actuellement le système des soins de santé français, son équipage semble avoir pourtant conservé intacts sa ferveur et son enthousiasme. Selon un baromètre Viavoice mené auprès d'un échantillon représentatif de pharmaciens, médecins, infirmiers, kinés et vétérinaires, 98 % des professionnels de santé se disent ainsi toujours aussi attachés à leur profession - avec même un 100 % du côté des pharmaciens. Une foi quasi unanime nourrie essentiellement du sentiment de pouvoir servir l'intérêt général. Vocation et reconnaissance Pour 73 % des professionnels français interrogés, la vocation de soigner des gens joue ainsi un rôle considérable dans leur motivation. Un peu plus d'un tiers d'entre eux mentionnent également le côté altruiste de leur profession. Les pharmaciens apprécient plus que leurs confrères le fait d'exercer un métier valorisé socialement (32 %). Ils sont en outre les seuls à ne pas mentionner les gratifications sociales et salariales comme facteur de motivation. Inquiétudes quant à l'avenir Des professionnels certes hautement motivés et fiers de leur métier, mais qui avouent aussi ne pas voir tous les jours la vie en rose. 85 % d'entre eux estiment leur métier difficile - un taux qui atteint même 94 % pour les pharmaciens. Principale raison invoquée : la surcharge administrative (80 %) qui n'a fait que s'amplifier ces dernières années suite aux réformes successives du secteur de la santé. Mais la pénibilité de leur métier s'explique aussi selon eux par un facteur sociologique qui tient à l'évolution des rapports entre professionnels de santé et patients. Pour la moitié des sondés (53 %), les patients se montrent en effet de plus en plus exigeants. Dans une moindre mesure, les prestataires de soins disent aussi devoir faire face à de nouveaux obstacles liés à l'évolution de leur profession, notamment la nécessité croissante de coordination des soins entre les différents intervenants.