...

Si cet aveu a certainement dû leur en coûter, les autorités anti-dopage ont pourtant bien dû se résoudre à admettre l'hypothèse d'une possible contamination de la viande chinoise au clenbuterol. Ce moyen de dopage a en effet été retrouvé en faibles concentrations dans différents échantillons d'urine de plusieurs sportifs. De récentes recherches scientifiques ont en outre également démontré que la consommation de viande chinoise pouvait effectivement donner lieu à des tests de clenbuterol positifs. Végétarien d'un (sé)jour En Allemagne, la Deutsche Sporthochschule Köln a procédé à des analyses d'urine de 28 personnes ayant résidé en Chine entre le 15 septembre 2010 et le 15 janvier 2011. Résultats : 22 échantillons (soit 78 %) se sont révélés positifs au test du clenbuterol. Preuve que l'hormone connait toujours son heure de gloire dans les filières d'élevage chinoises.