...

La recrudescence des cas de rougeole s'explique par le contact avec des malades non vaccinés ou par un voyage dans des pays à la politique vaccinale trop souple. La maladie est en effet extrêmement contagieuse et ses complications (infection pulmonaire et encéphalite) sont mortelles dans un cas sur mille environ. La rougeole tue encore souvent à travers le monde, mais la vaccination permet de s'en préserver.Une protection suffisante de la population et la non transmission du virus nécessite un taux de vaccination d'au moins 95%. " La baisse de la vaccination constitue assurément la première cause du retour du virus. Nous constatons qu'après une période " bénie ", les gens n'ont plus peur de la maladie et ne sont plus motivés par le vaccin. Ajoutez à cela quelques oublis et vous obtenez de nouvelles épidémies. En outre, une petite partie de la population continue de refuser la vaccination pour diverses raisons. La confiance varie en fonction de la région. Selon un récent sondage, celle-ci est très basse en Belgique, comparée à d'autres pays européens ", explique Philippe Beutels (UA, Centre for Health Economics Research and Modelling Infectious Disaeses).Dans la Bijbelgordel (littéralement, la Ceinture de la bible, région néerlandaise où réside une grande partie de la communauté protestante conservatrice, ndt), la vaccination n'atteint pas les 70% dans certaines communes, et ce pour des raisons strictement religieuses. Des bruits aberrants (comme le lien jamais prouvé entre vaccination et autisme) continuent de courir et explique en partie le faible taux de vaccination." Les Etats de l'UE membres de l'OMS ont élaboré une stratégie commune pour la période 2015-2020 pour éradiquer la rougeole et la rubéole. L'engagement dépend toutefois des priorités sanitaires et financières de chaque pays ", intervient le Pr Heidi Theeten (UA, Centre for Evaluation of Vaccination)." La nouvelle alarmante, c'est que quatre pays (Albanie, Tchéquie, Grèce et Royaume-Uni) ont perdu leur statut d'élimination de la rougeole en 2019. Ajoutons que plus de 50% des cas de rougeole concernent aujourd'hui des personnes de plus de 15 ans. Pour le mois de septembre 2019, l'essentiel des malades se concentrent en Roumanie, en Pologne et en France. Chez nos voisins français, le degré de vaccination chez les nourrissons plafonne à seulement 79%. Le ministre français de la Santé publique a d'ailleurs rendu la vaccination contre la rougeole obligatoire depuis janvier 2018. Cette mesure est également en vigueur en Italie, mais pas (encore) dans notre pays. "Pour augmenter le taux de vaccination, il faudra donc prendre des mesures concrètes, comme l'identification des groupes qui, pour des raisons diverses, ne sont toujours pas vaccinés. Il est par ailleurs crucial que les travailleurs de la santé eux-mêmes se vaccinent ! En 2019, 405 cas de rougeole ont été recensés en Belgique, dont 21% en Flandre et 46% en Wallonie (source : Sciensano).Le vaccin contre la rougeole (MMR) est administré en deux fois, tout d'abord vers le 12e mois de vie, puis entre sept et neuf ans (et non plus entre dix et 13 ans) Les migrants doivent également se faire vacciner dès leur arrivée dans le pays. Un taux de vaccination de 100% relève vraisemblablement de la science-fiction, tout comme l'éradication complète de la rougeole à travers le monde. Une partie de la population restera toujours méfiante. " Quoi qu'il en soit, la tâche première des travailleurs de la santé reste de trouver les personnes non vaccinées, de les informer correctement et de tenter de les convaincre de la nécessité du vaccin ", conclut Heidi Theeten.