"Compte-tenu de la présence de nicotine dans certains modèles, la cigarette électronique est loin d'être un produit anodin", prévient le Centre antipoison qui souhaite attirer l'attention sur les accidents provoqués par ces produits encore relativement neufs sur le marché. Les plus courants surviennent par ingestion du liquide de recharge, par contact cutané ou projection dans les yeux. "La gravité de l'intoxication dépend principalement de la teneur en nicotine du liquide, explique le Centre. En cas d'ingestion, les symptômes varient suivant la quantité de liquide ingérée et la concentration en nicotine de celui-ci. L'intoxication ce manifeste d'abord par des nausées, des vomissements, une pâleur, des vertiges, des maux de tête, des palpitations... En cas d'intoxication plus importante, des convulsions, des troubles du rythme cardiaque et des problèmes respiratoires peuvent survenir".

Enfin, il met en garde contre les accidents survenant chez les plus jeunes et recommande à ce titre d'interdire aux enfants de jouer avec ces cigarettes et de les en éloigner: "Une dose de nicotine de 10 mg chez un enfant peut causer une intoxication grave. Quelques millilitres de liquide peuvent donc déjà être dangereux".

Quant à la toxicité des liquides sans nicotine, elle est encore mal évaluée. Malheureusement, pour l'instant, les données sur la toxicité à long terme de la cigarette électronique sont limitées.

Les contacts cutanés sont également à tenir à l'oeil parce que la nicotine contenue dans le liquide de recharge pourrait être absorbée par la peau et conduire à une intoxication.

Le traitement d'une intoxication par liquide de recharge de cigarette électronique est symptomatique, il n'existe pas d'antidote spécifique. De son côté, le Conseil supérieur de la santé recommande aussi la prudence. Quoi qu'il en soit, en cas d'incident avec un liquide de recharge pour cigarette électronique, le Centre conseille de prendre immédiatement contact avec lui via l'appel gratuit 070-245.245