...

Le rôle du pharmacien auprès de ces patients sera d'abord de les diriger vers un spécialiste pour une mise au point car ces symptômes sont souvent associés à un déficit auditif. L'acouphène, une perception subjective ? La perception d'un son en l'absence de stimuli acoustiques est très personnelle. Il peut se présenter comme un bourdonnement, un tintement de cloche, un ronflement, un sifflement ou comporter des sons plus complexes. Il peut être intermittent, continu ou synchrone aux battements du c£ur. La liste des causes thérapeutiques est longue et les médecins se concentrent dans leur diagnostic sur la recherche d'un agent déclencheur d'origine corporelle ou psychique. Des causes multifactorielles Il est tout d'abord à distinguer d'un souffle vasculaire, qui peut être entendu aussi bien par le médecin que par le patient. Les acouphènes peuvent être le symptôme de presque toutes les maladies de l'oreille : Des bruits venant du cerveau Les bruits que personne n'entend en temps normal n'étaient jusqu'à présent guère démontrables. Récemment, les preuves d'une origine cérébrale des acouphènes ont pu être démontrées grâce à la magnéto-encéphalographie MEG(1). L'acouphène modifie le courant cérébral (démonstration par la présence de faibles champs magnétiques chez les patients atteints, preuve de l'activité électrique du cerveau). De tels résultats sont thérapeutiquement utiles car l'activité cérébrale dans les régions responsables du cerveau peut être réduite. Le traitement des acouphènes Il n'existe pas de traitement médical et chirurgical spécifique des acouphènes. La correction du déficit auditif associé s'accompagne fréquemment de la disparition des acouphènes. La prothèse auditive permet de masquer l'acouphène par un autre son plus agréable. Le neuro-stimulateur acouphène T30CR ( coordinated-reset-technology) développé par le Pr. Tass (centre de recherche de Jülich en Allemagne) et autorisé sur le marché européen permet de traiter l'acouphène chronique. Cette thérapie repose sur l'hypothèse que de mauvais stimuli cérébraux provoquent ce son énervant en envoyant des signaux en surabondance et à la même vitesse dans le cortex auditif. Le neuro-stimulateur casse le rythme avec des stimuli acoustiques qui dérangent les cellules hyperactives. Conséquence : les réseaux nerveux se réaménagent et l'acouphène perd de la vigueur. Les sons restants devenant plus graves sont plus agréables à supporter. Un fond sonore musical pour diminuer l'acouphène De nombreux patients trouvent aussi un peu de soulagement dans un fond sonore musical qui masque l'acouphène et aiment à s'endormir en écoutant de la musique. Des chercheurs de Münster utilisent ainsi une thérapie spéciale reposant sur la musique pour réorganiser les cellules nerveuses hyperactives. Les morceaux de musique préférés de patients sont retravaillés en utilisant des profils de bruits sonores qui filtrent les fréquences de l'acouphène. Les patients qui écoutent régulièrement cette musique retravaillée constatent une diminution de leur acouphène. L'approche homéopathique L'essentiel de la prescription courante revient souvent sur plusieurs remèdes prescrits par les homéopathes : (1) étude de Michael Seidman du service ORL - Hôpital Henry Ford à Détroit - 2009 Congrès annuel à San Diego.