Les chercheurs ont émis l'hypothèse que même après avoir tenu compte de l'âge et d'autres facteurs de risque connus, les symptômes de la ménopause seraient associés à une probabilité accrue de douleur chronique (maux de dos, fibromyalgie, arthrite, arthrose) et de morbidité due à des pathologies associées à une douleur chronique.

Au terme de leur essai à grande échelle mené auprès de 200 901 anciennes combattantes âgées de 45 à 64 ans (moyenne d'âge de 54,3 ans), sur la base de leurs dossiers médicaux et pharmaceutiques, on peut dire qu'ils ont vu juste.

Dans cet échantillon national, 26% des femmes avaient des symptômes de ménopause, 52% déclaraient avoir des douleurs chroniques et 22% présentaient au moins deux diagnostics distincts de douleur chronique.

"Dans les analyses multivariables, les femmes ayant des symptômes de la ménopause présentent une probabilité presque double de douleur chronique et de diagnostics multiples de douleur chronique," écrivent les auteurs.

Ces résultats soulèvent la possibilité, au cours de cette période critique où elles sont plus vulnérables, que les femmes d'âge mur dont les symptômes de la ménopause sont plus lourds soient plus susceptibles de souffrir de douleurs chroniques.

(référence : Menopause, mars 2019, DOI: 10.1097/GME.0000000000001312)

https://insights.ovid.com/crossref?an=00042192-900000000-97416