Actuellement, il faut être âgée de moins de 21 ans pour bénéficier des remboursements prévus.

" Nous nous réjouissons d'avoir pu faire un pas supplémentaire en permettant d'étendre la gratuité des contraceptifs à toutes les femmes jusqu'à 25 ans et de permettre à toutes les femmes, quel que soit leur âge, de disposer gratuitement de la pilule du lendemain ", a précisé la députée Karine Lalieux (PS).

Le PS y voit une mesure essentielle pour renforcer le droit des femmes à disposer de leur corps et répondre à la précarité toujours plus importante des femmes : " Selon le baromètre de l'intégration sociale, de plus en plus de jeunes femmes de 21 à 25 ans bénéficient du revenu d'intégration, soit près de 45.000 en juillet 2018", ajoute la députée PS.

A la demande des libéraux et du CD&V, un amendement a été adopté pour conditionner l'entrée en vigueur de la mesure à l'adoption d'un arrêté royal.

Le coût de cette mesure - qui selon l'Inami se chiffre à six millions d'eurosne peut en aucun cas représenter un frein à la mise en oeuvre de cette mesure, avertissent les socialistes qui demandent au gouvernement fédéral d'adopter au plus vite l'arrêté royal.

" Permettre aux femmes de disposer librement de leur corps est un combat qui est toujours d'actualité ! Renforcer et faciliter l'accès à la contraception font partie inhérente de ce combat ", rappelle le député PS Daniel Senesael.