Aider les patients à se sevrer progressivement de leur spray nasal décongestionnant est une tâche qui incombe au pharmacien, estime Sophie Scheire, auteur d'une thèse de doctorat consacrée au développement d'une stratégie d'intervention étayée sur laquelle la profession puisse s'appuyer.

Plusieurs études confirment l'impact négatif du diabète sur la Covid-19. S'il n'est pas sûr qu'il augmente la susceptibilité à l'infection par le SARS-CoV-2, par contre il est clairement associé aux formes les plus sévères de la Covid-19 et à leur mortalité.

L'usage de tests sérologiques sanguins, seuls à même de déterminer si nous avons formé des anticorps au contact du virus Sars-Cov-2, a été réclamé depuis des semaines par de nombreux scientifiques. Pourquoi tant de tergiversations des autorités ? Au moment où l'on annonce enfin leur autorisation, nous faisons le point sur leur signification et leur utilité avec le Pr Michel Goldman, immunologue et co-directeur de l'Institut I3h à l'ULB.

L'Institut scientifique de santé publique Sciensano déconseille désormais fortement l'hydroxychloroquine pour soigner les personnes hospitalisées pour le Covid-19, selon ses directives de traitement mises à jour le 26 mai. La France a été plus loin: le gouvernement a abrogé les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

La majorité des professionnels de santé obligés de porter pendant de longues heures du matériel de protection contre le coronavirus se plaignent de lésions cutanées. Le visage est particulièrement touché.

L'épidémie de coronavirus met décidément à rude épreuve la santé au sens large. Au rayon des petits soucis secondaires, les irritations et démangeaisons provoquées par le port du masque.

Sevrage de sprays nasaux : un rôle pivot pour le pharmacien - Les leçons d'une crise de santé - Pourquoi les tests sanguins restent en rade

Newsletter

Abonnez-vous à nos newsletters

le Pharmacien sur Twitter