L'étude indique que la mortalité augmente si les températures sont très supérieures ou très inférieures à l'optimum. Cet optimum semble également être spécifique à un endroit. Les habitants des pays du sud de l'Europe sont plus résistants aux températures élevées que les Belges et les Néerlandais.

Les groupes vulnérables sont les personnes âgées, les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires et respiratoires et, éventuellement, les bébés et les enfants de moins de quatre ans. Les très jeunes enfants constituent un groupe à risque parce que la régulation de leur température est encore en développement et que la déshydratation peut se produire plus rapidement. Avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes sensibles au stress thermique augmente également.

Nuits chaudes

Les effets sur la santé peuvent être directement liés à la chaleur. Il s'agit notamment des coups de chaleur, de la fatigue due à la chaleur, du stress dû à la chaleur et de la déshydratation. Ou la chaleur peut aggraver les problèmes respiratoires, cardiovasculaires, électrolytiques et rénaux existants. Les effets se produisent habituellement le jour même et les trois jours suivants.

On s'attendrait à ce que la mortalité par canicule se produise chez les personnes sensibles qui, autrement, seraient mortes au cours des semaines ou des mois suivants. Toutefois, la recherche scientifique ne fournit pas d'indications claires à cet égard.

Toutefois, certains indices donnent à penser que des températures nocturnes minimales élevées, en particulier, peuvent causer des problèmes de santé. La raison en est simple : après une exposition au stress thermique pendant la journée, les gens ne se reposent pas suffisamment la nuit. Ils ne récupèrent donc pas suffisamment.

Trois étés longs

C'est au cours des étés belges 2003, 2006 et 2010 que la surmortalité la plus importante a été enregistrée. En 2003, la canicule a duré 13 jours. Cela a entraîné la mort de 2.494 personnes cet été-là. Trois ans plus tard, en 2006, il y a eu deux vagues de chaleur de 6 et 33 jours respectivement. À l'époque, le nombre de morts s'élevait à 2.245. Fin juin et première quinzaine de juillet 2010, des vagues de chaleur de 13 et 8 jours ont été enregistrées. Cela a entraîné la mort de 2.313 personnes.

Ce n'est pas un hasard si, au cours des étés 2003, 2006 et 2010, le plus grand nombre de nuits avec une température minimale supérieure à 20°C a également été enregistré. Le nombre de jours où les concentrations d'ozone étaient élevées au cours de ces trois étés était également plus élevé que les autres années.

Naissances prématurées

Les températures ambiantes élevées semblent également entraîner une augmentation significative des naissances prématurées en Flandre (après 36 semaines ou moins de grossesse). En Europe occidentale, c'est la première cause de décès chez les nouveau-nés. Et les enfants qui survivent peuvent ressentir des effets sur leur santé jusqu'à l'âge adulte.

Plus précisément, les naissances prématurées seraient déclenchées lorsque la température minimale nocturne passe de 8,3°C (médiane sur la période 1998-2011) à 16,3°C. Les effets des naissances prématurées sur la santé des nouveau-nés et des enfants qui survivent jusqu'à l'âge adulte sont également considérés comme très importants. Le risque de naissance prématurée augmente alors de 8,5 %. Si la température minimale atteint 19°C, le risque augmente même de 15,6%. Si la température quotidienne maximale passe de 14,7°C (sur la période 1998-2011) à 26,5°C, le risque de naissance prématurée augmente de 9,6%. Si la température maximale atteint 30,7 °C, le risque de naissance prématurée s'élève à 14,5 %.

Villes vulnérables

Le rapport indique également que la " sensibilisation du public " et l'" installation d'un système de surveillance " peuvent réduire considérablement le nombre de décès dus à la chaleur.

Une analyse de l'été 2013 montre que la sensibilisation aide, dit-il. Malgré deux vagues de chaleur et une longue période de températures élevées, le nombre de décès n'a pas augmenté de façon significative cette année-là.

Parce que la chaleur est principalement concentrée dans les villes - le béton, l'asphalte et les pierres retiennent la chaleur - et surtout la nuit les gens sont plus exposés au stress thermique. En outre, dans un environnement urbain, des facteurs socio-économiques - isolement social, 'sans-abrisme', mobilité réduite et revenus plus faibles - jouent également un rôle dans cette sensibilité accrue. En particulier dans les villes, les espaces verts avec suffisamment de végétation et de surfaces d'eau peuvent réduire l'impact des périodes de chaleur.

La Belgique dispose d'un plan de lutte contre la chaleur et l'ozone. Il existe aussi un Plan d'action flamand contre la chaleur et une campagne sur les journées chaudes, qui sont des mesures d'information et de prévention visant à limiter les conséquences de la chaleur élevée.